Rechercher

Mutation de l'espèce humaine : de la chenille au papillon

Un autre texte merveilleux de Satprem, un disciple de Mère, elle-même compagne spirituelle de Sri Aurobindo. Tous des pionniers de la nouvelle conscience qui est en train d'advenir, de s'enraciner dans la matière et de la transformer... (et pour le plaisir des yeux, un mandala de Kathy Klein)


"Le signe des temps ?


C'est le temps de l'Inattendu. Le temps des réponses dans les faits matériels - là, on ne cherche pas. Il n'y a plus de questions mentales, parce que le temps du Mental est fini : il y a la question de l'espèce - ou plutôt de la prochaine espèce.


Il n'y a plus de métaphysique - Dieu ou pas Dieu, matérialisme ou pas matérialisme : il y a quelque chose qui est en train de béer sous les pieds et qui dépassera tous les "dieux" et tous les "matérialismes", les oui, les non, les droite, les gauche, toutes les dualités de l'homo-sapiens en fin de parcours. Il y a un nouvel état de la matière, une nouvelle perception de la vie dans la matière aussi différente que la perception de la chenille peut être différente de la perception du papillon.

C'est le temps de la nouvelle perception - la Réponse craque partout. Nous aurons la réponse dans notre corps avant de l'avoir dans notre tête. Est-ce que la chenille peut avoir la réponse du papillon ?

Il faut avoir BESOIN de devenir l'AUTRE espèce, l'Autre Chose absolument. Ce besoin donne toutes les réponses, comme le besoin de survivre donnait des ailes au reptile. Mais si on rumine des problèmes de chenille et des questions de chenille, on aura sûrement des réponses de chenille embrouillée.

Il faut changer d'espèce. Nous sommes en train de changer d'espèce.

C'est le temps de l'Inattendu."



17 vues

2020 - Site Wix par Laure Charrin